La médiathèque de Florange met à l’honneur les artistes qui s’ignorent, à travers une exposition à laquelle chacun est invité à participer !

APPEL AUX ŒUVRES - du 02/05 au 05/06 : Vous êtes invités à nous faire part de productions diverses : dessins, peintures, photographies, origami, collages, sculptures... Vous pouvez tous participer quelque soit votre âge ! Une seule contrainte : respecter le format 20 x 20 cm (des feuilles de papier de ce format sont disponibles à la médiathèque). Le format des sculptures est libre. Les photographies peuvent conserver un format classique, elles seront insérées sur une feuille de format carré. Vos œuvres sont à déposer à la médiathèque pendant les horaires d’ouverture, du 02 mai au 05 juin 2015.

EXPOSITION - du 11/07 au 31/07 : Vos productions seront exposées* dans le hall de la médiathèque de Florange. Le vernissage aura lieu le samedi 11 juillet 2015 à 17h00. Des textes réalisés par l’atelier d’écriture accompagneront vos œuvres. (*La médiathèque se réserve le droit d’exposer ou non les œuvres)


en savoir plus (affiche)

le règlement

Après un incendie volontaire qui avait totalement détruit le club-house en mars 2014 et grâce à la contribution de la Ville de Florange ainsi qu’au dynamisme des dirigeants de l’ASFE, un club-house « modernisé » a fait peau neuve.

Lire la suite : Club-house du Stade du Haut-Kême : de l'incendie à la reconstruction

Fidèle à sa diversité, la Passerelle programme régulièrement des spectacles à destination du jeune public réservés aux enfants des écoles. Le jeudi 30 avril dernier, trois représentations étaient données du spectacle « Grat’moi la puce que j’ai dans l’do », une fantaisie lyrique interprétée par la Cie « Minute Papillon ».

La compagnie théâtrale « Minute Papillon » a présenté, il y a quelques jours, à de nombreuses classes de maternelles florangeoises son nouveau spectacle intitulé : « Grat’moi la puce que j’ai dans le do ». Un titre simple, emprunté à une comptine enfantine pour un spectacle qui ne manque pas d’audace. L’idée : faire découvrir le répertoire lyrique et les grands airs d’opéra (Bizet, Vivaldi, Brahms, Offenbach) aux tout-petits en s’appuyant sur la journée d’un enfant.

« Pour créer ce spectacle, nous avons d’abord beaucoup échangé avec les membres de la compagnie sur ce qui nous semblait appartenir à l’enfant que nous sommes, afin de ne pas mimer l’enfance mais de la vivre sur scène avec notre cœur de bambin. Très vite, nous avons décidé de partir tout naturellement sur une journée de l’enfant, situant l’action dans un quotidien qu’il connaît bien » s’exprime Margot Dutilleul, comédienne-chanteuse (également metteur en scène du spectacle). Sur scène – avec Violaine Fournier et Guillaume Lainé - en s’inspirant d’actions de l’enfant (se lever, manger, s’habiller, sauter, jouer, câliner…) mais aussi de l’univers de la peinture (avec des couleurs empruntées à Joan Miro), tous trois offrent une incroyable palette artistique aux jeunes spectateurs. Chant lyrique, danse, marionnette et art graphique se combinent de manière jubilatoire pour le plus grand plaisir de tous.

Ce voyage visuel et sonore a été très apprécié des tout-petits qui n’ont pas manqué d’applaudir chaleureusement les comédiens. « Avec ce spectacle, nous travaillons à la source en éveillant la curiosité dès le plus jeune âge, en partageant des moments rares qui laisseront peut-être des traces secrètes qui accompagneront le futur adulte tout au long de sa vie » conclue Margot Dutilleul. Avec pourquoi pas, à la clé, de futures vocations de chanteurs (ses) lyriques !


Découvrez en vidéo la rencontre avec les comédiens !

Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

La Ville de Florange a commémoré, le dimanche 26 avril, la 71ème Journée nationale du souvenir des victimes de la Déportation. Au Monument aux Morts, Michel Decker, Maire de Florange a honoré la mémoire de tous les déportés et a rendu hommage à leur sacrifice.

« Nous sommes réunis aujourd’hui pour nous souvenir de toutes les victimes et héros de la déportation, cette machine d’extermination pensée et mise en œuvre par le régime nazi, il y a plus d’un demi-siècle. Il est, en ce jour, de notre devoir de rappeler ce que fut l’une des plus effroyables et honteuses pages de notre Histoire. La déportation fut une implacable machine à déshumaniser, à exterminer hommes, femmes et enfants au nom d’une idéologie ». C’est par ces mots que Michel Decker, Maire de Florange, après avoir déposé une gerbe au pied du Monument aux Morts, a débuté son discours en présence des forces vives de la commune, de nombreux représentants d’associations et de citoyens.

Les participants à cette commémoration ont observé une minute de silence en mémoire des souffrances atroces endurées par ces hommes, ces femmes et ces enfants, exterminés et persécutés pour ce qu’ils étaient ou ce qu’ils pensaient.

Avec la collaboration du gouvernement de Vichy et de l’Etat français, ce sont plus de 140 000 personnes qui ont été déportées. Parmi elles, environ 76000 juifs dont la moitié furent gazés à leur arrivée. Entre 75000 et 85000 tsiganes, homosexuels, communistes, résistants et opposants furent aussi déportés vers les camps de concentration et d’extermination.

Le premier magistrat de la commune a conclu son intervention en citant le poète et résistant Paul Eluard : « Si l’écho de leur voix faiblit, nous périrons ». Il appartient en effet aux nouvelles générations d’honorer l’action et les sacrifices des déportés en agissant pour que le respect de la dignité humaine, la solidarité et la liberté triomphent à nouveau dans un monde plus juste et plus pacifique.

Un article rédigé par Emmanuel GARBAL