Interventions surprises dans les écoles de la ville, au sein du collège ou encore à la Maison de retraite… La B.I.P ne recule devant rien pour faire « vivre » la poésie partout.

Dans le cadre feutré de la maison de retraite « Les Séquoias » soudain surgit l’inattendu : un homme et une femme ouvrent des enveloppes accrochées à un fil et commencent à déclamer des vers… Les résidents d’abord étonnés par la situation, se laissent vite envahir par les émotions que la poésie véhicule grâce à l’interprétation sans faille d’ Odile Billard et d’Antoine de La Morinerie (cf photo), deux comédiens de la B.I.P (Brigade d’Intervention Poétique).

Les Brigades d’Intervention Poétique (qui interviennent dans tout l’Hexagone) ont été créées, en décembre 1998, au Centre Dramatique National de Reims par Christian Schiaretti (metteur en scène) et Jean-Pierre Siméon (poète contemporain et directeur artistique du Printemps des Poètes) avec comme finalité l’insertion de la poésie dans le quotidien. Et pour cela, tous les moyens sont bons ! Surprendre les résidents de la Maison de retraite « Les Séquoias » ou faire irruption une semaine durant, dans les écoles élémentaires de la ville ainsi qu’au collège, plusieurs fois, sans que les classes n’en soient informées. « Nous fonctionnons sur le mode de la surprise, seul le personnel enseignant est au courant de notre passage. Nous intervenons trois fois dans la semaine, quasiment à la même heure et interprétons des poèmes. L’intrusion dure cinq minutes. Nous sortons ensuite comme nous sommes rentrés, sans commentaires, en laissant le texte de nos poèmes » explique Odile Billard.

Effet de surprise garanti pour les élèves et les collégiens qui doivent attendre le vendredi pour en savoir plus sur les raisons de ces « irruptions poétiques ». Ce débriefing permet de montrer aux différentes classes que la poésie est vivante, agréable à lire, à entendre, non réservée à un cercle d’initiés.

« Nous adaptons le choix des poèmes à notre auditoire. De Charles d’Orléans à Jacques Roubaud en passant par Rimbaud, Apollinaire, Cendrars, Aragon ou Tsvétaïeva, chacun est libre d’y trouver son compte »

Antoine de La Morinerie

Les deux intervenants de la B.I.P interprètent également des chansons montrant ainsi que la poésie repose également sur le rythme.

Les pensionnaires des Séquoias ont pu se familiariser avec les « poèmes à goûter » une « façon originale d’ouvrir son appétit de poésie » dixit Odile Billard. « C’est une invention de notre cru. Nous disposons sur une table ou suspendons après un fil des enveloppes contenant une série de poèmes. Sur chaque enveloppe, nous écrivons un mot, une phrase ou une expression tirée de l’un des poèmes choisis. Ce mot, cette phrase ou cette expression vont éveiller la curiosité des participants » précise Antoine de La Morinerie. Les « poèmes à goûter » débutent par un tintement de clochette suivi d’un poème que les deux comédiens lisent aux résidents de la maison de retraite. Puis la clochette appartient à tous : chaque participant, en la faisant retentir, peut demander la lecture d’une des enveloppes ou bien encore lire un texte qui se trouve dans un ouvrage de poésie placé devant lui voire réciter un texte qu’il connaît ! La poésie circule ainsi librement ! Avec malice, Odile Billard souligne que : « selon l’heure, la dénomination change. On trouve - les poèmes à goûter - à l’approche de 16 heures et - l’apéro poétique - dès 18h ». Les amoureux de la poésie sont d’ores et déjà conviés à la Médiathèque, le Jeudi 2 avril, à 18 heures pour un « apéro poétique ».

« La poésie peut encore sauver le monde en transformant la conscience » écrivait, il y a quelques années, le poète Lawrence Ferlinghetti. Avec les B.I.P, nous sommes sur la bonne voie.


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

La Médiathèque de Florange sera exceptionnellement fermée mardi 24 mars 2015.

Nous vous rappelons qu’une boîte de retour des documents est à votre disposition à l’avant du bâtiment. Nous vous remercions pour votre compréhension et serons heureux de vous accueillir dès le mercredi 25 mars à 10h00.

Samedi 14 mars, le Carnaval de Florange a réuni une foule nombreuse et enthousiaste, autour d’un défilé réussi et très apprécié par petits et grands.

Sur le parvis de la Passerelle, peu avant le départ de la cavalcade et juste après un concert de bienvenue orchestré par l’Harmonie Municipale, ont été élus le Roi et la Reine du Carnaval, les jeunes Saphir et Soumega, en présence de Michel Decker, Maire de Florange, accompagné de nombreux élus de la municipalité.

Au sein du cortège, musiques entraînantes, chars décorés, déguisements colorés et joyeuses batailles de confettis se sont mêlés, tout au long d’un parcours sillonnant l’avenue de Lorraine et la Grand’Rue, pour le plus grand bonheur des passants.

De nombreuses associations locales ont participé au défilé et à l’animation des différents stands. Citons, pêle-mêle, les Enfants du Cap Vert, les Tambours du Bronx, La Moisson, Les Amis de la Country, le Training Club Canin, Flo’Rock, les Caval-Balloon’s, l’association sportive du Collège, la troupe Technicirk, S.O.S. Domestique ou encore l’association « Twirling Bâton ».

À l’arrivée, vers 16h15, un spectacle de jongleurs et de cracheurs de feu ainsi que des stands de restauration étaient proposés aux nombreux participants afin de réchauffer une atmosphère jusque-là relativement fraîche.

des Animations spéciales Carnaval à la Médiathèque

Le Carnaval de Florange rythme et colore la ville !

À l’occasion de ce Carnaval, la Médiathèque accueillait également les plus jeunes et leurs parents, avec un atelier de création de masques et des jeux.

Pour mettre, avant l’heure, les enfants dans l’ambiance, l’équipe de la Médiathèque leur a proposé deux séances spéciales de « L’Heure du Conte », les mercredi 4 et 11 mars. Angélique, Jeanine et Anne-Marie, qui s’étaient déguisées pour l’occasion ont raconté aux 4-9 ans des contes autour du déguisement : « Le petit garçon qui veut se déguiser en reine » et « Boucle d’Ours », ou l’histoire d’un ours qui rêve de devenir « Boucle d’Or ». Un atelier de création de « loups », ces célèbres masques issus de la Commedia dell’arte a fait ensuite la joie des enfants.

Le périscolaire fête lui aussi Carnaval !

Il y a quelques jours, tous les enfants du périscolaire été regroupés à Bout-en-train pour un goûter collectif (crêpes) et une découverte des ateliers à thème préparés en amont par les enfants eux-mêmes (atelier maquillage, danse, confection de masques, bricolage et confection d'éléments de costumes...).

Carnaval au Périscolaire

Merci à toutes et à tous d’être venus si nombreux et rendez-vous dans un an pour la prochaine édition de Carnaval !

L'évènement en vidéo

L'évènement en photos


Un article rédigé par Yann PEVERINI

Les élections départementales - anciennement "cantonales" - se dérouleront les dimanches 22 et 29 mars. Les citoyens inscrits sur les listes électorales sont appelés aux urnes pour élire leurs Conseillers Départementaux au scrutin binominal paritaire majoritaire à deux tours. Explications.

Très prochainement, le Conseil Général de la Moselle aura comme dénomination : « Conseil Départemental de la Moselle ». Les dimanches 22 et 29 mars, les électeurs éliront leurs « Conseillers Départementaux » (ex- Conseillers Généraux).

MODE DE SCRUTIN

Dans chaque canton (la Moselle en compte désormais 27 au lieu de 51, la carte cantonale ayant été totalement revisitée par la loi du 17 mai 2013), les candidatures prennent la forme d’un binôme composé d’une femme et d’un homme (auxquels s’ajoutent deux suppléants, une femme et un homme également). Les électeurs voteront pour le binôme de leur choix le dimanche 22 mars. Pour être élu au premier tour, le binôme devra recueillir à la fois la majorité absolue des voix (50% des suffrages exprimés plus une voix) et le quart des électeurs inscrits.

Dans les cantons où aucun binôme n’aura été élu au premier tour, un second tour sera organisé le dimanche 29 mars. Pourront alors se présenter les binômes ayant obtenu au moins 12,5% des voix des inscrits (ou les deux premiers en voix, si un seul ou aucun binôme n’atteint ce seuil des 12,5%). A l’issue du second tour, le binôme ayant rassemblé le plus grand nombre de voix sera élu. Les binômes élus siègeront à l’Assemblée Départementale pour une durée de six ans. Ils éliront le 2 avril, le (la) Président (e) du Conseil Départemental de la Moselle.

PIECES A PRESENTER POUR VOTER

Les bureaux de vote ouvriront leurs portes à 8 heures et seront clos à 18 heures (sous réserve de modifications préfectorales). Pour participer à l’élection, vous devrez vous présenter au bureau de vote indiqué sur votre carte électorale muni d’un justificatif d'identité (Carte Nationale d’Identité, passeport, permis de conduire…). Les citoyens français qui vivent à l’étranger peuvent participer aux élections à la condition d’être inscrits sur une liste électorale.

VOTE PAR PROCURATION

Si vous êtes dans l’incapacité de vous rendre à votre bureau de vote lors des élections départementales des 22 et 29 mars, il vous est possible de donner procuration à un proche afin qu’il vote pour vous. Pour ce faire, le Ministère de l’Intérieur a créé un formulaire accessible en ligne à remplir (Cerfa n° 14952*01). Il faudra ensuite vous présenter en personne au Tribunal d’instance, au commissariat de police ou à la brigade de gendarmerie (du lieu de résidence ou de travail) muni de ce formulaire.

Les 22 et 29 mars, n’oubliez-pas, faites entendre votre voix, votez !

Sources : Service-Public.fr / Moselle.fr / Je-vote.fr / Vie-publique.fr

Un article rédigé par Emmanuel GARBAL

Après la publication de son recueil de poèmes « Tout feu tout femme » sorti en 2012, Marie-Dominique Peters-Poncin s’est lancée dans l’aventure romanesque avec « Dans l’ombre du doute », paru il y a quelques mois. L’auteur sera présent à la Médiathèque, le vendredi 20 mars prochain dès 18h00, pour dialoguer avec ses lecteurs dans le cadre de « Book Avenue ».

« J’ai eu envie d’écrire une histoire sur la culpabilité et les remords, puis très vite, au fil de l’écriture, mon histoire a pris une tournure différente » révèle Marie-Dominique Peters-Poncin à propos de « Dans l’ombre du doute », son premier roman paru aux Editions de l’Officine le 12 septembre 2014. Deux ans, jour pour jour, après la sortie de son recueil de poèmes : « Tout feu tout femme ».

Son roman a été conçu avec cette volonté farouche d’y incorporer des sentiments forts tels que l’amour, la passion mais aussi la jalousie, le désespoir ou la haine. Le tout, en mêlant habilement fantasmes et réalité avec cette question sous-jacente : « Que s’est-il passé depuis ce voyage outre-Atlantique pendant lequel Mathieu, l’époux de Justine, a disparu sans laisser de traces ? ».

Habile sera le lecteur qui parviendra à dénouer les fils de cette intrigue passionnante et surprenante qui emprunte tant au drame psychologique qu’au thriller. « Une des mes volontés était de créer progressivement du suspense pour aboutir au climax final (NDLR : point culminant de l’intrigue) » reconnaît l’auteur qui a réussi son pari. C’est peu dire qu’elle manie l’écriture depuis des années, elle, qui, à la fin des « seventies » signait les textes du groupe de rock « Retour de Flammes » puis de « Starter ». Certains textes évoquant la Lorraine peuvent d’ailleurs être découverts en lisant « Tout feu tout femme ». Aux chansons puis aux poèmes ont succédé des nouvelles qu’elle envisage un jour prochain de faire découvrir à ses lecteurs.

« L’écriture est une nécessité, un besoin vital »

Marie-Dominique Peters-Poncin

Signer un contrat avec une maison d’édition est un aboutissement pour tout auteur mais représente un parcours souvent semé d’embûches. Marie-Dominique, elle, a pu bénéficier d’un heureux coup du sort. « Les Editions de l’Officine souhaitaient contacter l’Espace Culturel Leclerc de Thionville. Mon numéro de téléphone comportant de nombreuses similitudes avec le leur, une erreur a facilité le rapprochement ». Et voici Marie-Dominique en train de discuter avec l’éditeur. Celle-ci lui propose alors d’éditer ses poèmes. Il accepte, séduit par la qualité des textes proposés mais à une condition : que ces derniers soient illustrés. Loin d’être stressée, Marie-Dominique demande à deux de ses proches (Marcel et Yann Hay) de s’occuper de la conception graphique et relève le défi. L’ouvrage convainc les lecteurs et c’est sans la moindre hésitation que les Editions de l’Officine renouvellent leur confiance à l’auteur. « Nous travaillons en parfaite harmonie. Ils apprécient mon travail et tentent de le médiatiser au mieux ». Preuve en est les nombreuses séances de dédicaces auxquelles participe Marie-Dominique Peters-Poncin dans la Région et sa présence au Salon du Livre et des Cultures (Luxembourg-Ville) les 14 et 15 mars prochains.

Jamais à cours d’inspiration, « tout feu, tout femme », Marie-Dominique Peters Poncin travaille d’arrache-pied à la rédaction de son nouveau roman : un thriller. Si elle s’en tient à la règle, vous pourrez le découvrir le 12 septembre 2016 ! Patience donc et n’hésitez pas à venir la rencontrer le vendredi 20 mars prochain à la Médiathèque !


Un article rédigé par Emmanuel GARBAL